Projet d'établissement

Projet d'établissement pour l'avenir

INTRODUCTION

Le collège les Battières est situé dans le 5e arrondissement de Lyon dans une zone de forte
scolarisation. Dans un périmètre relativement restreint, il y a 5 autres collèges publics : Saint-Just, Jean
Moulin, Charcot, J.J.Rousseau (à Tassin) et le Plan du loup (à Sainte-Foy-Les-Lyon), zone dans laquelle, il y a
également plus d’établissements privés que publics. Cette tradition scolaire, issue de l’enseignement religieux,
lui donne un certain particularisme qui fait que les 2 collèges récents (fin des années 60, début des années
70) Jean Charcot et les Battières, construits à proximité des logements sociaux, ont été « classés » difficiles
dès leur ouverture. Cette réputation perdure malgré l’affichage des bons résultats du collège.
Malgré son implantation géographique, le collège les Battières scolarise une population plutôt
favorisée. Les CSP très favorisées et favorisées représentent 44.6% (académie : 35.4%). Les défavorisées
27.2% ( Académie 39.2%). Il faut toutefois tempérer cette image. Presque un tiers des élèves sont boursiers,
c’est à dire que leur famille sont dans un grand dénuement. Ce chiffre est supérieur à celui des CSP
défavorisées. Une bonne partie des CSP Moyennes (25.7%) pourraient en fait être classées dans les
défavorisées. (Les parentes par exemple notent fréquemment leur métier même s’ils sont au chômage).
Actuellement nous voyons se creuser un fossé entre deux tiers de la population qui « fonctionnent »
normalement en terme de conduite et de travail scolaire et un tiers de la population qui se marginalise , et
perd de plus en plus le sens de l’école.
La progression ces quatre dernières années en termes de résultats :

  • Taux d’accès de 6e en 2nde GT : 49.8% soit 5.1% au dessus du résultat attendu
  •  Accès en 1ère générale de 64.3% ( Académie 58.2%) qui prouve que l’augmentation de

l’accès en seconde n’est pas un artefact d’orientation

  • Une réussite au Brevet (86.5%) très supérieure à la moyenne académique (79.4%) avec

un taux de mention des 2 tiers « source : service Statistique et Prospective du rectorat 2009 »
devrait donner du collège une image positive. Or ce n’est pas le cas. Les demandes de
dérogation, notamment pour le collège de Tassin, prouvent le contraire. L’image de la réussite
met du temps à s’implanter et ne prévaut pas sur l’image du quartier.
La construction du collège de Francheville dont la population constitue le vivier de nos meilleurs élèves
constitue un sujet d’inquiétude.
Un projet d’établissement est une chose vivante qui par définition évolue constamment. Les trois
années précédentes nous avons procédé par modifications annuelles. Celles- ci sont suffisamment
nombreuses pour qu’ils apparaissent nécessaire de les mettre au clair dans une nouvelle rédaction suivant le
schéma voté en juin 2008. Ce texte est donc un cadre général. Il fera référence par un système de fiches ou
d’annexes qui permettront de retrouver le détail des actions, qu’il sera ainsi loisible de modifier chaque année.

 

OBJECTIF GENERAL

I – Maintenir une attractivité sans abandonner les élèves en difficultés

     En devenant Ministère de l’Education, le ministère de l’instruction publique n’a pas abandonné sa
volonté de transmission du savoir, comme il n’a pas dessaisi les parents de leur prérogatives éducatives. Il a
élargi son champ de compétences tant il est vrai que les deux notions sont intimement liées. Tellement liées
que le déficit de l’une bloque le plus souvent le développement de l’autre.
L’hétérogénéïté est le fondement du collège unique mais l’existence d’options et de choix différents se
prête naturellement à la filiarisation, même si ce mot est en principe banni du vocabulaire de l’éducation
nationale. Le collège a deux options européennes en langue (anglais – allemand), une section bilangue
(anglais – allemand) ouverte en 2007-2008, une option latin et une section sportive (volley). Pour le projet
2008-2011, le collège a choisi le partage sur deux classes des options euro, de l’option latin et sur 2 ou 3
classes de l’option volley.
Dans un contexte d’abandon de la carte scolaire, le regroupement des meilleurs conduirait à créer un
collège à deux vitesses, condamnant les parents qui ne le souhaitent pas à prendre des options pour éviter les
classes difficiles.
Nous avons fait le choix d’essayer d’offrir plutôt l’éventail d’options le plus large possible afin de
changer une image actuellement encore préjudiciable.

OBJECTIFS OPERATIONNELS

I – L’éducation à la citoyenneté et à la prévention

Le C.E.S.C. a été réactivé en 2005 (plan 2005-2008) et un nouveau plan a été voté en 2008 (période
2008-2011) intégrant le plan de prévention de la violence devenu institutionnel.
Tous les niveaux d’âge sont concernés de la 6ème à la 3ème mais pas dans toutes les actions. Elles sont
ciblés par âge. Les 6ème , par exemple, sont concernés par les droits de l’enfant et la nutrition, les 3ème plutôt
par la prévention des addictions et des M.S.T. Les interventions peuvent changer selon la qualité des
interventions mais aussi selon nos moyens financiers.
II – Les règles de la vie quotidienne
Afin de les faire partager et respecter, les professeurs principaux ont accepté de se responsabiliser et
de travailler en commun avec la vie scolaire. Nous essayons d’avoir une gestion rigoureuse et commune des
absences, des retards et manquements au Règlement Intérieur, qui permet une interpellation très rapide de la
famille, en usant très fréquemment des commissions éducatives.

III – L’aide aux élèves en difficultés

Les difficultés sont deux ordres, les difficultés purement scolaires et les difficultés comportementales.
Nombre d’élèves cumulent les deux, bien sûr. On ne risque pas de comprendre si on ne suit pas les cours
mais à force de suivre le cours sans rien y comprendre, on finit pas renoncer.
L’aide aux devoirs. Mise en place depuis longtemps avec l’aide de deux centres culturels, avec des
retraités volontaires , elles fonctionnent sur proposition du collège et demande de la famille.
L’accompagnement éducatif. Il a complété et étendu l’offre d’aide, le soir, notamment en langues
vivantes.
Le soutien. Il concerne deux matières, français et maths, et les moyens en sont pris sur la D.H.G. Il
n’est offert qu’en 6ème mais il n’est pas facultatif. Il est imposé par le professeur de la matière.
L’alternance en 4ème . Elle propose aux élèves un champ de découverte susceptible de mettre en
perspective leur orientation de fin de 3ème , voire leur choix de fin de 4ème (DP6) et de les remotiver quelque
peu.
Le dispositif relais. Comme son nom l’indique, il permet de prendre le relais un temps et de
désamorcer une situation explosive. Il concerne les difficultés comportementales. Il permet de sortir l’élève de
la classe, de le faire respirer et de faire respirer la classe. Il a permis d’éviter un certain nombre de conseils de
discipline. Il sert également de sas d’entrée pour les élèves exclus qui nous arrivent de l’Inspection
Académique, pour ceux du privé « priés » de partir en cours d’année et pour les arrivées en foyer. C’est
l’occasion de faire le bilan de ce que sait l’élève, de lui proposer un travail sur les fondamentaux (socle
commun) et d’engager un travail sur l’orientation.
Scolarisations particulières. Elles sont de trois ordres :

  • Les P.P.R.E. nécessitant une adaptation et quelques temps personnalisés.
  •  Les adaptations liées aux handicaps.
  •  Les scolarisations à temps partiel dans des cas très particuliers sur demande médicale ou institutionnelle .

IV – Le projet d’orientation

      Les difficultés à mettre en place un projet d’orientation ne concernent pas que les élèves en difficultés.
Pour ceux-ci se pose le problème l’immédiateté du choix, de la nécessité de le faire parfois par défaut.
Toutefois la multiplicité des options en seconde engage aussi parfois l’avenir. Il n’est pas inutile en outre que
l’élève qui s’ouvre les portes en visant une 1ère S ait déjà des perspectives sur l’avenir possible. Aussi l’option
DP3 compte-t-elle autant d’élèves voulant se diriger vers une 2nde GT que vers un bac professionnel. C’est un
travail qui prend du temps. Aussi prenons-nous sur la D.H.G. de quoi donner une ½ heure supplémentaire
aux professeurs principaux de 3ème , ce qui nous permet de mettre 1 h de vie de classe et d’orientation à
l’emploi du temps. Les entretiens d’orientation concertés se font en outre avec trois ou quatre personnes qui
reçoivent chaque famille. Nous avons allongé aussi le temps de stage en 3ème et accepté les stages ponctuels
pour les élèves se construisant un projet. Nous nous faisons, bien sûr, communiquer les résultats de nos
élèves sortis pour adapter notre discours aux résultats.

V – L’intégration

  •   Elle concerne essentiellement les 6ème . Comme , maintenant presque partout, ils sont accueillis

seuls le premier jour et préparés aux gens et aux locaux. Nous avons également renforcé la vie de
la classe (+ une ½ heure aux professeurs principaux de 6ème ) pour que puissent être mises à plat
les difficultés inhérentes à la vie du groupe. Deux séjours d’intégration sont prévus, un court dès
septembre au parc de Miribel Jonage, un long vers janvier à Lamoura (stage Grand Nord : EP-SVTHistoire-
Géographie).

  •  Les élèves arrivant suite à un conseil de discipline ou susceptibles de poser problèmes passent,

autant que possible, par le dispositif relais.

  •  Un autre élément d’intégration est le sport. Le collège dispose d’une section sportive mais licencie un nombre important d’élèves en U.N.S.S. (35 %) et ne recherche pas seulement la performance sportive mais aussi des capacités d’intégration et de citoyenneté (formation de jeunes arbitres).

VI – L’ ouverture sur le monde

       Communication : Notre effort porte surtout sur les nouvelles technologies. Le collège a créé un site
internet devenu insuffisant et en cours de modification. Les parents ont accès par internet aux notes de leurs
enfants, aux absences de professeurs et à diverses informations. Nous assairons en 2009 d’expérimenter le
cahier de textes en ligne.
Eco-citoyenneté : le collège est porteur d’un plan que les départs et les absences conjuguées en
2008-2009 des gens qui le portait ont mis en sommeil. Toutefois, le tri sélectif et la récupération (piles,
bouchons, pain, cartouches d’encre) a continué à fonctionner. Il sera relancé si possible.
Les séjours et jumelages : malgré les difficultés financières, compliquées par la réglementation,
nous essayons de maintenir un séjour linguistique une fois tout les deux ans pour toutes les langues (latin
compris)
Activités culturelles : Il est difficile dans ce paragraphe d’échapper au catalogue car la moindre
demande d’aide doit relever du P.E. et toutes les actions ne sont pas prévisibles trois ans à l’avance. La
pratique nous paraît essentielle de façon à ce que nos élèves ne soient pas de simples consommateurs.
Un atelier cirque fonctionne au collège (atelier officiel), ainsi qu’une chorale. Nous avons également un
groupe d’initiation au grec ancien et nous somme ouverts à toutes possibilités d’ouverture vers les arts
plastiques.
Nous nous autorisons également toutes les sorties, interventions, pédagogiques ou facultatives, dont
les responsables penseront qu’elles présentent un intérêt.

CONCLUSION

A moyen terme, (2011) les fermetures et ouvertures d’établissement risquent de modifier
sensiblement le paysage scolaire. Le contrat d’objectifs permettra d’y réfléchir pour avancer la
construction du nouveau projet (2011 – 2014).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site